Auteur : christelle

Ecriture et collège

Ecriture et collège

Le collège  est vraiment une étape  importante pour les élèves; la quantité d’écriture augmente, la prise de notes et la vitesse d’écriture sont demandées.

L’élève qui n’aura pas exercé la mobilité de ses doigts, travaillé ses gestes d’écriture, et n’aura pas acquis une bonne  vitesse d’exécution sera mis en difficulté au fil de sa progression  dans les classes supérieures. Certains sous peine d’illisibilité seront tentés par l’écriture scripte. Le collège  sanctionne aussi une écriture  difficilement déchiffrable, un ensemble sale, les multiples ratures, retouches …

Pour le collégien c’est aussi de possibles  douleurs, une écriture au poignet et du découragement.

Voici l’exemple de Thomas, brillant collégien de 4ème mais dont  l’écriture ne faisait que se dégrader.

Voici son écriture après six cours  de graphopédagogie pendant lesquels nous avons corrigé la tenue du crayon, la posture, travaillé la mobilité  des doigts, les gestes d’écriture. Il a reçu à plusieurs reprises les encouragements de ses professeurs qui peuvent  enfin le lire! Bravo à Thomas  pour son assiduité, même s’il reste quelques  points à travailler et bravo  à sa maman pour son investissement.

 

Comment positionner les modèles pour les gauchers?

Comment positionner les modèles pour les gauchers?

Edités en collaboration avec les Editions MDI, les petits cahiers d’écriture élaborés par ma collègue parisienne Laurence Pierson ( allez feuilleter les petits Pierson dans ma rubrique actualité !) nous illustrent dans cette vidéo la manière la plus juste de copier pour les gauchers.

CERVEAU ET ECRITURE CURSIVE

CERVEAU ET ECRITURE CURSIVE

jeudi 28 juin 2018
Le Cerveau et l’Écriture Cursive

 

 

L’écriture cursive aide à former le cerveau afin d’intégrer
l’information visuelle et tactique ainsi que la motricité fine

 

De nos jours les nouvelles avancées technologiques font que l’écriture manuelle peu à peu soit exilée au deuxième plan. L’écriture manuscrite est un excellent exercice cognitif qui aide à stimuler l’intelligence et les fonctions cognitives des gens.

Afin de comprendre que l’écriture a une explication d’origine scientifique, on peut dire que l’on écrit avec le cerveau et non avec la main, puisque pour comprendre l’action de l’écriture, il faut reconnaître que tout mouvement a une origine à partir d’une instruction consciente ou inconsciente – même le langage non verbal – du cerveau. Ces mouvements, loin d’être appris au moment d’apprendre à écrire, s’avèrent être, à mesure que nous grandissons, des mouvements inconscients qui ont un cachet personnel. Pour comprendre cela, si nous mettions tout le monde à dessiner ou écrire une liste de mots, chacun dessinerait ou écrirait la même instruction mais d’une manière différente, sans compter le style de chacun.

Du point de vue neurologique, l’écriture est une manifestation du fonctionnement cérébral, et il convient de noter que la main “l’extrémité préhensile normalement utilisée pour l’écriture” présente une plus grande proportion de représentation corticale dans le cerveau que n’importe quelle autre partie ou système du corps.

 

L’action d’écrire dans ses différentes modalités implique en outre l’utilisation d’une série d’attributs cognitifs qui changent en fonction de la forme ou de la figure développée. Ces capacités ont leur genèse au niveau neurologique, il y a un réseau neuronal pour chaque capacité cognitive qui permet l’exécution spécifique du signe ; c’est pourquoi, il est possible de dire que l’action psychomotrice de l’écriture est neuroscritique, tout en sachant que l’action d’écriture, est la matérialisation d’un travail neuronal implicite.

Les scientifiques sont en train de découvrir que l’apprentissage cursif est un outil crucial pour le développement cognitif, en particulier pour former le cerveau du point de vue de la spécialisation par zones du cerveau, c’est-à-dire, une performance optimale. En apprenant à écrire en cursive, le cerveau développe une spécialisation par zones qui intègre la sensation, le contrôle du mouvement et le raisonnement. Contrairement à l’écriture au clavier et à la pratique visuelle, selon des études de tomographie du cerveau, diverses zones du cerveau sont co-activées pendant l’apprentissage de l’écriture en cursive.

Ecrire à la main pour exercer le cerveau

 

Au cours de la dernière décennie, la recherche en imagerie cérébrale a aidé les neuroscientifiques à comprendre que les compétences d’apprentissage telles que l’écriture manuscrite et le jeu d’un instrument de musique peuvent vraiment changer la structure du cerveau.

L’écriture nécessite l’utilisation de toutes les structures cérébrales fonctionnant de manière conjointe et coordonnée, des structures associées à la pensée, au langage et à la mémoire. L’acte d’écrire exige un haut niveau de spécialisation et de coordination hémisphérique, car il implique l’intégration du mouvement, du toucher et des idées, nécessaires pour traduire nos idées en un support physique. Et donc l’écriture stimule l’intelligence.

L’écriture pour stimuler l’intelligence

L’écriture manuscrite est un exercice mental qui stimule constamment le développement des connexions neuronales et contribue à l’autorégulation, à l’autodiscipline, à la volonté et à la persévérance. Les neurosciences ont montré que l’écriture à la main contribue à l’expansion du cerveau et stimule l’intelligence.

L’écriture est le reflet de l’activité cognitive de chaque personne, l’écriture nous donne des informations personnelles sur chacun d’eux. Puisque l’écriture implique le démarrage de trois processus :

* Perception : processus par lequel les stimuli nécessaires sont capturés, tels que le type de support sur lequel écrire, les outils pour écrire et l’ordre sur quoi écrire.
* Décision : processus par lequel vous décidez et planifiez ce que vous allez écrire.
* Exécution : processus qui implique une coordination pour produire le texte écrit.

Fonctions des différents lobes cérébraux impliqués dans l’action d’écrire:

 

1- Lobes frontaux. Situés derrière le front, ils participent à des fonctions mentales supérieures, telles que la reconnaissance des conséquences des actions et de la mémoire. Ils sont liés à l’écriture, la parole, le mouvement, le raisonnement, le jugement, la planification et la résolution de problèmes.

2- Lobes pariétaux. Ils sont importants pour l’écriture et la lecture, car ils interprètent les mots et le langage. Ils combinent également des informations sensorielles telles que l’orientation spatiale et la navigation, et sont le principal domaine de la réception sensorielle pour le sens du toucher.

3- Lobes temporaux. Situés sur les côtés du cerveau, derrière la tempe, ils aident à traiter l’information auditive des ouïes. Le processus d’écriture de quelque chose avec un stylo et du papier permet d’activer une collection de cellules dans ces lobes connues sous le nom de système d’activation réticulaire. Les structures de ces lobes sont essentielles à la consolidation de l’information à court terme et à long terme.

4- Lobes occipitaux. Situés dans la partie inférieure du cerveau, ils reçoivent et traitent l’information visuelle des yeux, qui est ensuite envoyée à d’autres parties du cerveau. Cela nous aide à lire et à écrire en reconnaissant les mots, les formes et les couleurs.

L’importance de l’écriture dans l’éducation des enfants

Les progrès en neurosciences montrent clairement que l’écriture est un excellent exercice pour tout le monde. Dans le cas des enfants, l’écriture est une ressource irremplaçable d’une valeur pédagogique incalculable. Écrire aide à stimuler leur intelligence.

Apprendre à écrire avec un stylo est plus bénéfique pour les enfants que les compétences de clavier. Apprendre à écrire à la main, tout en apprenant à lire facilite la lecture à travers le développement de la motricité fine.

L’écriture est une tâche complexe pour le cerveau qui nécessite diverses compétences, y compris le déplacement de l’instrument d’écriture, dans le sens ordonné par la pensée. Les enfants mettent plusieurs années à maîtriser cet exercice moteur car il est nécessaire de maîtriser certains scripts internes pendant que la main bouge. L’écriture est le résultat d’un mouvement singulier du corps, la frappe ne l’est pas.

Importance de l’écriture traditionnelle. En faisant des traits de main séquentiels pour former des lettres, des régions du cerveau associées à la pensée, au langage et à la mémoire sont activées.

Les expériences développées avec les enfants d’âge préscolaire montrent que, tout en observant des images de lettres faites ou dessinées par eux-mêmes face à d’autres imprimées, les zones associées à la lecture et à l’écriture se sont activées seulement en regardant les premières.

 

En apprenant l’écriture, même s’il s’agit d’une écriture en majuscules, le cerveau d’un enfant doit :

* Distinguer chaque trait par rapport aux autres.
* Apprendre et mémoriser la taille appropriée, l’obliquité de la forme globale et les caractéristiques détaillées des traits de chaque lettre.
* Développer des compétences de catégorisation.

Il est essentiel de fournir aux enfants des expériences d’écriture, où ils peuvent développer et perfectionner cette compétence. Écrire stimule leur intelligence et est une action complète qui nécessite un fonctionnement cognitif complet qui contribuera à renforcer leur langage, pensée, mémoire, émotions, etc.

Activer le cerveau par l’écriture

Les nouvelles générations pourraient être en alerte, car l’ère numérique attire fortement les bébés et les enfants en phase de développement. Les vidéos sur Internet montrent des enfants de seulement 3 ans, qui savent déjà écrire sur WhatsApp ou appeler papa à son téléphone portable.

En plus du divertissement, les smartphones et tablettes électroniques font partie du mobilier des écoles qui utilisent la technologie pour être à la pointe de ces tendances virtuelles, avec des écrans colorés et une qualité sonore. C’est ici qu’apparaît la concurrence du cahier : un écran numérique ou un clavier d’ordinateur.

L’approche est faite par des neuroscientifiques et des psychopédagogues, qui comparent ce que c’est de faire une page d’un certain nombre de lettres et de mots à la main, et d’écrire des caractères de frappe. Les experts s’interrogent sur le fait que, si c’était facile et rapide, les appareils électroniques sont les indiqués. Et le cerveau ?

Façonner des pensées sur une feuille stimule des capacités neuronales importantes, même les plus complexes. Comme c’est la nature de cet organe, le cerveau traite à partir des sens. Lorsqu’on écrit à la main, la mémoire est ouverte à une meilleure orthographe, les idées sont rapidement connectées ; et la lecture est également plus rapide. C’est un groupe d’avantages obtenus par les mains en contact avec le crayon et le papier.

De cette façon, la preuve de l’activation du cerveau est confirmée lorsqu’elle est mise à l’épreuve par l’écriture, et non lors de l’utilisation d’écrans tactiles ou de claviers physiques, car l’action de l’écriture implique les zones visuelle et motrice des connexions neurales et les enfants grandiront avec un cerveau plus actif qui atteindra un effort mental impressionnant pour le reste de leur vie.

Renoncer au clavier profite à la cognition

Les claviers et les écrans tactiles nous ont conquis. À la faculté, quand l’enseignant parle, des centaines de doigts sont entendus en train de taper sur leur ordinateur portable. Le son du clavier semble être devenu la bande sonore de nos vies. Nous tapons dans le travail, dans nos appareils mobiles. Nous avons cessé d’écrire des lettres et le journal intime. Beaucoup d’entre nous utilisent cette ressource très utile qu’est l’écriture informatisée. Cela nous permet d’être plus rapides et de faciliter le travail. Mais il semble que nous ne soyons pas conscients des avantages de l’écriture manuelle.

Prendre des notes à la main nous permet d’interpréter l’information, de la comprendre et de la reformuler avec nos propres mots, ce qui renforce grandement l’apprentissage.

Les technologies nous aident à être plus efficaces dans la plupart des cas. Cependant, bien que nous écrivions plus vite en tapant sur notre ordinateur, cognitivement cela ne nous profite pas.

La recherche en neurosciences indique que l’écriture utilisant seulement un écran tactile ou un clavier peut affecter le développement du cerveau, en particulier celui des enfants qui apprennent à lire.

Avantages de l’écriture à la main

Il y a un avantage externe pour la compétence de raisonnement utilisée en lecture et en écriture. Écrire avec une lettre cursive lisible nécessite un certain niveau de contrôle de la motricité fine sur les doigts. Les élèves doivent prêter attention et réfléchir à ce qu’ils font et comment ils le font. Ils doivent pratiquer. Des études avec des scintigraphies cérébrales révèlent que la cursive active des zones du cerveau qui ne sont pas impliquées lors de la frappe sur le clavier.

Ecrire en lettres cursives apporte encore plus d’avantages que d’écrire avec des lettres majuscules, puisque les mouvements sont plus difficiles, les lettres moins stéréotypées et le besoin de reconnaissance visuelle crée une plus grande variété de formes de représenter les lettres. En outre, la lettre cursive est plus rapide et plus attrayante pour les étudiants, car elle leur donne un plus grand sentiment de style personnel et d’appartenance.

Elle renforce notre pensée critique et notre développement conceptuel. En nous “contraignant” à résumer et réinterpréter l’information, prendre des notes à la main nous permet d’établir des liens entre différents concepts du matériel écrit, favorisant ainsi notre réflexion critique.

* L’écriture manuelle stimule le cerveau. Beaucoup d’autres zones du cerveau sont activées lorsque nous écrivons à la main que lorsque nous frappons sur un clavier.

* Nous exprimons plus d’idées lorsque nous écrivons à la main, par exemple, dans un essai ou une rédaction.

* Nous aide à conserver plus d’informations.

* Améliore notre compréhension du matériel écrit.

* L’écriture manuelle améliore la reconnaissance des lettres chez les enfants.

* Stimule la motricité fine. Autrement dit, cela améliore notre capacité de précision manuelle.

Lorsque nous écrivons à la main, notre cerveau reçoit le feedback ou rétro-alimentation de nos actions motrices, ainsi que les sensations du toucher du crayon et du papier. Ce feedback est sensiblement différent de celui que nous recevons lorsque nous tapons. Lorsque nous appuyons sur les touches, nous n’obtenons aucune représentation mentale du trait de la lettre. Les informations que nous recevons du processus d’écriture sont déconnectées, car lorsque nous tapons, nous regardons rarement ce que nous écrivons.

Les mouvements que nous faisons lorsque nous écrivons à la main laissent un souvenir du mouvement dans la partie chargée du traitement de l’information sensori-motrice. Nous créons une trace de mémoire motrice dans le cerveau, ce qui améliore notre mémoire, nous aidant ainsi à mieux nous souvenir de cette information.

Par conséquent, bien qu’à première vue, il semble moins efficace de prendre des notes à la main, nous écrivons réellement les informations les plus significatives et les plus pertinentes, tout en nous aidant à apprendre et à retenir le matériel. Ecrire sur l’ordinateur, bien qu’il soit vrai que cela nous aide à enregistrer plus d’information, il y a généralement plus de données non pertinentes, et presque toujours, nous l’oublions plus rapidement.

Au cours des deux dernières décennies, diverses recherches ont montré, à travers des images cérébrales, que l’exécution de l’écriture favorise l’activation simultanée de zones cérébrales plus larges que le simple fait de regarder des images, de les toucher ou de les imaginer.

Il y a un volume croissant d’études sur ce qu’un cerveau en développement apprend normalement en formant des lettres sur la page, que ce soit une lettre imprimée, manuscrite ou en cursive.

L’écriture cursive rend les enfants plus intelligents

 

 

 

Au cours d’une étude menée à l’Université de l’Indiana, publiée dans Trends in Neuroscience and Education en octobre 2012, les chercheurs ont analysé, au moyen d’imagerie par résonance magnétique, des enfants pré-alphabétisés de 5 ans avant et après leur apprentissage de l’écriture cursive.

Chez les enfants qui avaient pratiqué l’écriture, l’activité neuronale était beaucoup plus importante et similaire à celle des adultes que chez les enfants qui observaient simplement les lettres. Le circuit de lecture dans le cerveau – circuit des zones associées qui sont activées pendant la lecture – a été activé lors de l’écriture manuscrite, pas lors de l’écriture sur le clavier.

De la même manière, cette recherche a montré que l’écriture de lettres dans un contexte significatif, par opposition à un simple dessin, active des zones plus solidement différentes dans les deux hémisphères.

Le cerveau sépare la parole de l’écriture

Des chercheurs de l’Université Johns Hopkins des États-Unis, dans une étude publiée dans la revue Psychological Science en mai 2015, soulignent que bien que la capacité d’écriture humaine ait évolué à partir de notre capacité à parler, ces deux actions sont aujourd’hui liées à des systèmes cérébraux indépendants. Par conséquent, quelqu’un incapable d’écrire une phrase grammaticalement correcte, peut être capable de la dire bien à haute voix, et vice versa.

Les scientifiques ont découvert qu’il est possible de présenter des dommages sur la partie du cerveau liée à la parole sans affecter la partie liée à l’écriture, et vice versa ; même dans les morphèmes, qui sont les plus petites composantes de la langue avec signification. Par exemple, dans le mot « petites », petit serait le lexème ou la racine ; la voyelle e un morphème qui indique le genre féminin et la lettre s, un morphème qui indique le pluriel.

La présente étude a d’abord essayé de comprendre comment le cerveau organise la connaissance de la langue écrite – la lecture et l’orthographe –. Plus précisément, les scientifiques voulaient savoir si la langue écrite dépend du langage oral chez les adultes alphabétisés.

Si c’était le cas, on s’attendrait à trouver des erreurs similaires dans la parole et l’écriture. Sinon, les gens n’écriraient pas nécessairement comme ils parleraient.

Pour tenter de découvrir ce problème, l’équipe a étudié cinq personnes qui avaient subi un AVC et souffraient d’aphasie, une condition qui conduit à une perte de la capacité à produire ou à comprendre le langage.

Plus précisément, quatre des patients ont eu de la difficulté à utiliser les morphèmes appropriés lors de la rédaction des phrases, mais lorsqu’ils ont parlé, ils n’ont pas eu autant de difficultés à cet égard. Le dernier individu avait le problème inverse : il avait des problèmes d’élocution qui n’affectaient pas son écriture.

Ces résultats révèlent que l’écriture et l’expression orale sont dirigées par différentes parties du cerveau, et pas seulement en termes de contrôle moteur main et bouche, mais aussi dans les aspects de construction des mots.

Les auteurs de l’étude expliquent que le cerveau connaît les parties des mots et comment ils s’assemblent et que, lorsqu’il y a des dommages au cerveau, ceux-ci peuvent affecter l’utilisation de certains morphèmes dans l’écriture et non dans la parole ; et vice versa.

Comprendre comment le cerveau distingue des parties de mots pourrait aider les éducateurs qui enseignent aux enfants à lire et à écrire ; et promouvoir le développement de meilleurs traitements pour les personnes souffrant d’aphasie.

Les effets de l’écriture cursive sur le cerveau

Une équipe de scientifiques en psychologie de l’éducation de l’Université de Washington, dans une étude publiée dans le Journal of Learning Disabilities en juin 2016, a constaté que l’exercice d’écrire de sa propre main aide les enfants à plus développer leur fonction cérébrale, ce qui se reflète dans de meilleures performances scolaires.

Virginia Berninger, auteur principal de l’étude, explique que les tests indiquent que l’écriture – la formation de lettres – provoque l’intervention de l’esprit et peut aider les enfants à prêter attention au langage écrit.

Les chercheurs ont recruté plus de 200 enfants en première, deuxième, quatrième et sixième année, de développement normal. Ils ont analysé la manière dont le langage oral et écrit se rapporte à l’attention et aux aptitudes dites de la fonction exécutive (telles que la planification). Pour les chercheurs, écrire à la main est une tâche complexe qui nécessite une coordination des processus cognitifs, moteurs et neuromusculaires, qui active des zones spécifiques du cerveau. Les enfants écrivaient plus de mots, plus vite et exprimaient de meilleures idées quand ils écrivaient des essais à la main que quand ils tapaient sur un clavier.

En écriture manuelle, des parties motrices de notre cerveau sont utilisées, ainsi que la planification et le contrôle moteur, mais il existe une région cérébrale cruciale dans laquelle la vision et le langage coïncident. C’est le gyrus fusiforme. Dans celui-ci, les stimuli visuels sont effectivement convertis en lettres et en mots écrits.

La chercheuse assure que nous devons voir les lettres avec “l’œil de l’esprit” pour les tracer sur la page. Les images du cerveau montrent que l’activation de cette région est différente chez les enfants ayant des difficultés d’écriture.

Les scintigraphies cérébrales fonctionnelles des adultes ont révélé un réseau cérébral caractéristique qui est activé lors de la lecture et qui comprend des zones liées aux processus moteurs. Cela a fait penser aux scientifiques que le processus cognitif de la lecture peut être relié au processus moteur de la formation des lettres.

La recherche indique que les enfants ont besoin d’une formation d’introduction imprimée, puis de deux années d’apprentissage et de pratique avec la lettre cursive qu’ils commenceraient en troisième année (CP2), puis un peu d’attention systématique à la dactylographie à l’aveugle.

Il est très probable que l’utilisation d’un clavier, et en particulier l’apprentissage des positions des lettres sans regarder les touches, profite des fibres qui inter communiquent dans le cerveau, puisque, contrairement à ce qui se passe avec l’écriture manuelle, les enfants utilisent les deux mains pour taper.

Ce qu’ils préconisent, c’est que les enfants apprennent à être des écrivains hybrides. D’abord écrire à la main, en lisant, puisque l’écriture manuelle facilite une meilleure reconnaissance des lettres ; puis, la lettre cursive pour l’orthographe et la rédaction ; puis, à partir de la dernière année d’école élémentaire, la dactylographie à l’aveugle.

Les avantages pour le développement du cerveau sont similaires à ce que l’on obtient quand on apprend à jouer d’un instrument de musique. Pas tout le monde peut se permettre des leçons de musique, mais tout le monde a accès au crayon et au papier. Tout le monde ne peut pas acheter un ordinateur pour leurs enfants.

Voir aussi…
Le langage – fonction cognitive
Comment stimuler les fonctions cérébrales ?
Renforcer la connectivité du cerveau
Hémisphères cérébraux chez l’enfant
L’importance du cerveau dans l’apprentissage
Processus cérébral pour apprendre à lire
Le cerveau bilingue
La musique favorise le développement cérébral de l’enfant
La lecture stimule l’activité cérébrale et renforce les connexions neuronales

 

Publicado por Norma Petitjean en 08:51
Etiquetas: apprentissage, écriture, hémisphères, lobes, Recherche

Encore une belle réussite en 5 séances , bravo Rose!

Encore une belle réussite en 5 séances , bravo Rose!

C’était la tenue de crayon de Rose au début de son CE1 qui commençait à lui engendrer quelques douleurs…

Voici son écriture en Novembre…

Puis en Décembre…

Et voici son écriture et sa tenue de crayon maintenant…

Nous avons laissé quelques mois s’écouler avant de se revoir pour sa remise de diplôme et faire le point sur les gestes d’écriture .

Les gestes d’écriture et la tenue de crayon sont acquis!

Bravo à Rose pour ses efforts , merci pour ta confiance et celle de tes parents et ton joli sourire!

J’en pince pour les pinces!

J’en pince pour les pinces!

Exercer la mobilité des doigts commence dès le plus jeune âge .

Dans cette  vidéo tournée en maternelle, nous pouvons observer comment des enfants de quatre ans prennent en main une pince et l’actionnent afin d’attraper un objet plus ou moins volumineux.

Nous pouvons observer le tâtonnement des enfants afin d’avoir une prise plus efficace pour se saisir des objets.

Des petits doigts des petits doigts encore des petits doigts from cc on Vimeo.

Des crayons aux petits oignons!

Des crayons aux petits oignons!

Dans la profusion des offres proposées comment s’y retrouver afin de choisir le bon outil pour votre enfant ou pour vous même?

Pour les enfants de maternelle, la latéralisation n’est pas encore en place, elle le sera aux alentours de 7 ans.Cependant il faut penser à ne pas donner de trop gros crayons qui favorisent la prise à pleine main ( prise palmaire) ; pour les petits les Jumbo Grip de Faber Castell avec leur base triangulaire et les petits picots qui servent de repère, permettent une bonne prise en main.

En ce qui concerne les feutres on peut opter pour ce genre de dispositif que met en avant la marque Maped : plus de perte de bouchons!

Mais le réel avantage c’est celui de ne pas utiliser sa main dominante pour enlever et tenir le bouchon et de dessiner de l’autre et entraîner des méprises sur la main préférentielle!

Un enfant dont la latéralité est affirmée changera de main, mais pour les autres, pas évident!

Un simple bricolage en emprisonnant les feutres têtes en bas peut pallier à ce genre de soucis.

En début de moyenne section je vérifie toujours le sens naturel graphique de l’enfant défini par Liliane Lurçat, pour ceux qui veulent aller plus loin cliquez sur son nom et lisez l ‘article » Le graphisme et l’écriture chez l’enfant » , Revue française de pédagogie.

Pour les enfants entrant au CP l’apprentissage du geste d’écriture se prolonge et l’utilisation du Faber Castell Grip 2001, avec lui aussi ses picots et sa forme ergonomique triangulaire est un bon outil d’apprentissage, ainsi que le Lyra Groove dont les petites encoches sur le corps permettent elles aussi un bon positionnement des doigts à bonne distance de la mine.

Une fois les gestes d’écriture consolidés, et que l’enfant écrit sur le lignage Seyès 2 mm, nous pouvons envisager l’utilisation du stylo. Les stylos à bille ne sont pas conseillés , en effet ils obligent à cause de leur bille à une tenue plus verticale sous peine de n’écrire qu’avec une partie de la bille, donc de ne pas écrire ou mal.

Cependant les Papermate Inkjoy offrent avec leur base triangulaire une bonne tenue et il en existe de toutes les couleurs, pétillantes; je les utilise beaucoup avec ma classe maternelle sur papier glacé pour travailler sur la mobilisation des deux mains en simultané par exemple.

Pour les gauchers, le Visio Pen, un très bon outil favorisant une excellente tenue grâce à son ergonomie, le contact de la pointe avec la feuille est facilité.

En ce qui concerne les rollers, au cabinet, les enfants ou même les adultes pour qui la tenue est compliquée aiment beaucoup le Stabilo Easy original, rechargeable et effaçable, il permet grâce à ses encoches une bonne position des doigts, modèles pour droitiers et gauchers.Le nouveau modèle Stabilo Fun pour droitier et gaucher permet quant à lui, avec ses encoches symétriques un positionnement des doigts moins contraignant.Les cartouches se trouvent en 0,3mm ce qui est un atout pour ceux qui ont une tendance à une écriture épaisse, l’encre est effaçable également.

Le roller Breeze de Schneider, pour droitier et gaucher, a un corps plus épais mais remplit les mêmes fonctions, la mine est cependant plus épaisse, l’encre effaçable.

Enfin le Pelikan Griffix, effaçable, c’est une bonne position des doigts à coup sûr; il prévient également la glissade des doigts pour les enfants qui ont tendance à se rapprocher inéluctablement de la mine! Il est sympathique avec son smiley au bout du crayon, si la tenue est bonne l’enfant peut voir le smiley lui sourire.Il existe aussi en version stylo-plume.

Pour les stylos plumes ma préférence va au Lamy ABC, il assure un bon positionnement des doigts, il a une bonne glisse, à conseiller dès lors que les gestes d’écriture sont maîtrisés ainsi que la main sous la ligne d’écriture, ce qui évite les cahiers tachés et les doigts encrés!A réserver aux classes élémentaires jusqu’au CE2, mais moi j’aime beaucoup l’utiliser!

Le Lamy Safari convient plus au cycle 3 et aux collégiens, il a une excellente glisse et offre une position des doigts très confortable.Il se décline en plusieurs modèles de plumes: d’extra fine à large, dont une pour gaucher! Contrôle visuel de l’encre.

Enfin le Faber-Castell Scribolino, offre également un bon confort de prise en main; une zone ergonomique, une très bonne glisse, le contrôle visuel de l’encre, des cartouches standards.Conseillé pour toute la scolarité élémentaire.

CONSEIL:Allez essayer dans une papeterie, lisez les nombreux articles des membres de l’association 5E pour l’enseignement de l’écriture!

 

Difficultés d’écriture? Il existe des solutions!

Difficultés d’écriture? Il existe des solutions!

 

Vous cherchez toujours une solution aux problèmes d’écriture rencontrés par votre enfant, votre fils ou votre fille, lycéens ou étudiants, ou par vous même dans le cadre de votre travail ou dans la perspective de passer un concours, un examen.

Alors pour retrouver le plaisir d’écrire sans crispation, sans douleur, retrouver une écriture lisible et agréable, il existe des solutions adaptées à chaque difficulté,  que vous soyez enfant, adolescents, étudiants ou adultes.

Vous pouvez apprendre ou réapprendre à écrire en travaillant la tenue du crayon, la posture, la mobilité de vos doigts.

Des exercices simples et à la portée de tous , un entraînement facile et quotidien de 10 à 15 minutes, vous permettent de retrouver rapidement une écriture aisée.